Choisissez votre langue

Search

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

Le rôle de l’agriculture nord-américaine pour relever le défi de l’insécurité alimentaire mondiale – Sommet Canada-États-Unis

  •  Temps de lecture Clock/
  • ÉcouterÉcouter/ ArrêterArrêter/
  • Agrandir | Réduire le texte Text

 

Le secteur agricole a été particulièrement résilient au cours des trois dernières années. Bien que les tablettes des épiceries soient demeurées garnies malgré les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et la guerre tragique de plus d’un an en Ukraine (qui a ébranlé certains marchés agricoles clés), il reste encore beaucoup à faire pour combattre l’insécurité financière à l’échelle mondiale.

Le 4 avril, un groupe d’experts en agriculture s’est réuni à l’occasion du sommet Canada-États-Unis, organisé par BMO et le groupe Eurasia, pour discuter de certains des succès et des défis de l’industrie alimentaire nord-américaine. La table ronde intitulée Douleurs de la faim – L’avenir de l’alimentation et de l’agriculture en Amérique du Nord, a été animée par Shari Friedman, directrice générale de Climate and Sustainability, groupe Eurasia. Cette discussion réunissait David MacLennan, président-directeur de Cargill, Ken Seitz, président et chef de la direction de Nutrien Ltd. et Ertharin Cousin, cheffe de la direction et fondatrice de Food Systems for the Future, un fonds d’investissement à impact nutritionnel, et ancienne ambassadrice des États-Unis auprès des agences des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Ertharin Cousin, qui a été directrice générale du Programme alimentaire mondial des Nations unies de 2012 à 2017, a déclaré que même si le secteur a bien fonctionné pendant la conférence COVID-19 et la guerre en Ukraine, 843 millions de personnes sont toujours en situation d’insécurité alimentaire, tandis que 3,1 milliards de personnes n’ont pas les moyens d’avoir un régime alimentaire diversifié et nutritif. « Nous avons obtenu de la nourriture dans le monde entier, et nous avons eu accès aux bons engrais. Toutefois, le défi de notre système alimentaire est qu’il est certes efficace, mais il n’est pas agile », a-t-elle déclaré. « Ce manque d’agilité a pour conséquence que les gens les plus pauvres et les plus vulnérables de nos propres pays et des pays en développement n’ont pas accès à des aliments nutritifs et abordables. »

Ces problèmes, qui concernent aussi 150 millions d’enfants souffrant de malnutrition chronique, n’ont pas commencé avec la pandémie ou la guerre, ajoute-t-elle, mais ils ont été « mis en évidence et soulignés durant cette période. Avec l’invasion de l’Ukraine, ces défis ont commencé à atteindre un point de basculement. »

En tant que producteur et distributeur d’engrais, Nutrien de Ken Seitz a un rôle important à jouer dans la lutte contre la faim dans le monde. Il affirme que 8 % de la population mondiale connaîtra une catastrophe alimentaire d’ici 2030. L’année dernière n’a pas été tendre pour l’industrie de M. Seitz. Les exportations russes et biélorusses de potasse, un ingrédient clé des engrais, ont considérablement diminué au cours de l’année écoulée, tandis que la hausse des coûts du gaz naturel a contraint plusieurs usines d’azote européennes à fermer leurs portes (le gaz naturel est un intrant clé des engrais azotés).

Heureusement, la production aux États-Unis et au Canada a augmenté, et Nutrien a accru sa propre production en Saskatchewan. « Il existe de véritables défis mondiaux, mais l’Amérique du Nord est particulièrement bien placée pour augmenter l’offre dans certains des autres greniers à blé du monde qui seront appelés à relever ces défis en matière de sécurité alimentaire », a-t-il déclaré.

Demande de carburant et de denrées alimentaires

La demande croissante de biocarburants, utilisés notamment par les secteurs de l’aviation et du transport maritime pour réduire leurs émissions de carbone, ne fait que compliquer les choses. Le recours aux cultures pour créer des biocarburants est « l’une des questions les plus intéressantes dans le domaine de l’alimentation et de l’agriculture aujourd’hui », a déclaré David MacLennan.

Toutefois, la question de savoir si les cultures doivent être destinées à l’alimentation ou au carburant n’est pas nouvelle, a-t-il fait remarquer, soulignant qu’une discussion similaire avait eu lieu il y a 20 ans, lorsque l’éthanol a été utilisé pour la première fois dans l’essence. Heureusement, il ne s’agit pas de choisir entre l’un ou l’autre, car les graines oléagineuses, les déchets alimentaires et le suif – un sous-produit de l’industrie de la viande, que produit Cargill – peuvent également être transformés en carburant pour les transports. Dans le même temps, les progrès technologiques devraient permettre d’accroître la production agricole. « Grâce à l’innovation, nous pourrons faire les deux », a-t-il déclaré.

Néanmoins, la demande de cultures augmentant à la fois chez les humains et dans l’industrie, le secteur agricole devra trouver de nouveaux produits à planter et de nouvelles sources de capitaux. Cargill, par exemple, augmente ses investissements dans la production de canola, qui fournit du carburant et de la nourriture. Selon M. MacLennan, davantage de capital-risque est investi dans les entreprises agricoles qui trouvent des moyens d’augmenter la production, tandis que des innovations telles que l’agriculture régénératrice sont aussi utilisées pour améliorer la production. « Il ne s’agit pas de nourriture ou de carburant, mais des deux à la fois », a-t-il expliqué. « Nous constatons déjà que cela se produit et qu’il y a beaucoup de capitaux et de cultures qui s’orientent dans cette direction. »

Pour Mme Cousin, l’équilibre entre la demande d’aliments et de carburants – et de matières premières et de fibres – est un sujet de préoccupation. « Comment faire en sorte que notre production agricole soit suffisante pour répondre aux défis que pose l’accès à un régime alimentaire plus diversifié? Comment nos subventions soutiennent-elles la production du travail? Des investissements sont-ils nécessaires pour rendre l’ensemble de nos systèmes agricoles plus productifs et pour augmenter la qualité et la quantité de nos récoltes? Tous ces outils doivent être mis en ligne et à une échelle qui permette une production agricole plus efficace et plus durable. »

S’adresser aux décideurs politiques

Avant de conclure, Shari Friedman a demandé à chacun de citer un domaine sur lequel les décideurs politiques devraient se concentrer pour améliorer la chaîne d’approvisionnement agricole et contribuer à nourrir le monde.

M. MacLennan a parlé de commerce, faisant l’éloge de l’accord États-Unis-Mexique-Canada, mais ajoutant que le commerce peut encore être amélioré. « Ne transformons jamais la nourriture en arme, comme cela a été le cas dans un passé récent, mais renforçons et soutenons l’accord », a-t-il déclaré.

M. Seitz aimerait que les infrastructures soient améliorées, en particulier tout ce qui a trait au transport des marchandises. « Il y a des marchandises en vrac qui doivent être transportées très rapidement et en grandes quantités », a-t-il déclaré. « Les investissements dans les infrastructures sont l’élément vital de l’agriculture sur ce continent, et la qualité de ces infrastructures est directement liée à notre capacité à continuer à produire des denrées alimentaires. »

Pour Mme Cousin, il s’agit de repenser le régime des subventions. Bon nombre des défis auxquels l’industrie est confrontée aujourd’hui sont le résultat d’incitatifs qui « subventionnent les problèmes », a-t-elle affirmé. Au contraire, « les subventions doivent catalyser le comportement des agriculteurs afin de soutenir l’agriculture régénératrice et la diversité des cultures nécessaires pour garantir l’accès à des régimes alimentaires plus abordables et plus nutritifs. »


Sur la photo (de gauche à droite) :
Ertharin Cousin, cheffe de la direction et fondatrice de Food Systems for the Future, et ancienne ambassadrice des États-Unis auprès des agences des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture
Ken Seitz, président et chef de la direction, Nutrien Ltd

LIRE LA SUITE
Michael Cippoletti Directeur général et chef - Alimentation, produits de consommation et vente au détail

PARTIE 1

BMO Experts at the US-Canada Summit

11 avril 2023

  Disponible en anglais seulement “This Summit is meant to be a serious dialogue about the opportunities and challenges our two coun…


PARTIE 2

L’avantage Nord-Américain

Darryl White 31 mars 2023

  L’état de l’une des plus importantes relations commerciales au monde est à l’origine de décisions im…


PARTIE 3

Les marchés mondiaux subissent un changement fondamental – Sommet États-Unis–Canada

Alan Tannenbaum 11 avril 2023

  Lorsque des termes comme « jamais auparavant » sont utilisés pour décrire les marchés, ils peuve…


PARTIE 4

L’infrastructure est la clé d’un marché compétitif en Amérique du Nord – Sommet États-Unis–Canada

Craig King 11 avril 2023

  Malgré tous les défis observés de part et d’autre de la frontière canado-américaine, la question c…


PARTIE 5

Le temps presse pour les solutions au changement climatique - Sommet Canada-États-Unis

11 avril 2023

  Alors que la fréquence des événements météorologiques extrêmes ne cesse d’augmenter, les eff…




Conférence

Alimentation, produits de consommation et vente au détail Chemicals @ Farm to Market

mai 16, 2024 New York

Courriel
Alimentation, produits de consommation et vente au détail Conférence mondiale sur les marchés agricoles

mai 15, 2024 New York

Courriel

Autre contenu intéressant